Cité de l'Espace - Polaris Midi-Pyrénées

COMS

le couteau suisse de l'espace

un satellite multimission capable d'observer la Terre avec précision depuis l'orbite geostationnaire

Le satellite COMS embarque 3 missions dont il a tiré son nom : C pour communications, O pour ocean, M pour météorologie et S pour satellite. Chacune de ces missions correspond à une charge utile différente. Le challenge de ce satellite a été de faire cohabiter des missions qui avaient au départ des besoins contradictoires en termes d'architecture satellite et de précision, stabilité et restitution de direction de visée. Le système de contrôle d'attitude est particulièrement innovant et utilise pour la première fois les gyroscopes à fibre optique (FOG) développés par Astrium.

Un projet Toulousain
La conception et la maitrise d'oeuvre du satellite et de l'instrument Ocean (GOCI) ont été réalisés à Toulouse par une équipe d'ingénieurs d'Astrium en coopération avec une équipe d'ingénieurs coréens de l'agence spatiale coréenne (KARI). Après 2 ans passés à Toulouse, les équipes sont parties chez le client en Corée du Sud pour intégrer et tester le satellite. Le satellite est ensuite revenu à Toulouse fin 2009 pour une vérification finale avant d'être envoyé à Kourou pour un tir sur Ariane 5.

Rayonnement international de la région
Ce contrat a favorisé le rayonnement international de la région toulousaine, non seulement celui de son industrie spatiale, mais aussi celui de sa culture et de ses spécialités par l'intermédiare des dizaines d'ingénieurs coréens et de leurs familles qui ont participé au développement du satellite en étant détachés à Toulouse.

En savoir plus
COMS a été commandé à Astrium par le KARI en 2005; il a été lancé par une Ariane 5 à Kourou le 26 juin 2010. Son fonctionnement donne toute satisfaction aux 3 utilisateures coréens des charges utiles. Les données météorologiques seront intégrées au réseau mondial de surveillance et de prédiction du climat terrestes. Les données océan donneront lieu à des programmes internationaux de coopération scientifique, car c'est la première fois qu'on pourra mener des études océanographiques à partir d'un observatoire immobile par rapport à la scène observée, autorisant des revisites horaires.

Liens

Site internet Astrium